mardi 25 avril 2017

Introduction

 

  Au fil de la Liberté

  PDF


Yogasûtra



Ce titre est la traduction du mot "Yogasûtra". A l'époque où le yogasûtra a été rédigé, le mot yoga voulait dire "liberté", "libération" ou "repos". Il ne s'agit pas seulement de la Libération, des chaînes du "samsàra" ou "moksha" mais aussi de la libération des vritti négatifs (il en existe des positifs) et du repos qu'une Conscience ressent quand les vritti sont maîtrisés (fluctuations du mental) . 

Patanjali (pour autant qu'il ait été une seule personne et non un groupe de personnes) ne parlait pas de yoga et ne pratiquait pas le yoga: pour lui le mot yoga ne voulait pas dire yoga, mais libération et/ou repos.

Le mental, réussissant à ignorer ces fluctuations négatives, par la concentration dans la Méditation (dhàranà) peut atteindre la Méditation profonde (Dhyàna) voir encore plus profonde (samadhi), jusqu'au plus profond, le nirvikalpa-samadhi et ainsi connaître l'éveil, celui qui fait les bouddha. L'éveil n'est pas le but de l'incarnation. Le but est la Libération des incarnations. On peut atteindre la Réalisation, donc la Libération, sans connaître l'éveil. Souvent les gens confondent un certain réveil de la conscience avec l'éveil.

Ce mot, yoga, a prit le sens d'Union à cause d'un moine errant, Adi Shankara, vers le huitième siècle de notre ère. Le yogasûtra ayant été compilé entre 200 avant Jésus-Christ et 500 après... la conclusion va de soi : les rédacteurs (Patanjali) en écrivant yoga voulaient dire Liberté, libération ou repos.

Ce yogasûtra, qui vous est proposé, a été traduit du sanskrit en tenant compte de ces variables et de la compréhension que donne la pratique de La Voie, qui est celle que pratiquaient les rédacteurs du yogasûtra. Je sais que d'autres diront qu'ils pratiquaient le raja-yoga mais à cette époque le raja-yoga n'existait pas. Le chant du bienheureux (Bhagavad-Gîtâ) parle de la même voie.

Je sais que beaucoup de versets de la version qui vous est ici présentée sont totalement différents des autres versions du yogasûtra (lesquelles ? Il n'y en a pas une qui ressemble à une autre !) et même les pouvoirs (siddhi) y sont vus autrement. Le mot pour dire pouvoir (au chapitre trois) : "vibhuti" voulait aussi dire "ultime accomplissement". Le yoga est certainement une discipline mystique visant à l'accomplissement et pas à l'acquisition de pouvoirs. D’ailleurs il est indiqué, dans le yogasûtra, que les pouvoirs sont des pièges méprisés par celui ou celle qui vise le samadhi :

Ces facultés ressenties comme des pouvoirs,
Par celui qui est tourné au dehors,
Sont des obstacles sur la voie du samadhi

verset 3.37 livre trois

Pareillement, au verset 3.42 du même livre trois (ici chapitre trois) il est question de ressentir une impression de flotter dans l'air comme du coton léger, pas de léviter ! Je vous souhaite une bonne lecture.



Sri Hans yoganand ji


Il existe une version du traité en alexandrin avec, en chapitre premier, une introduction au grand secret (Maha Rahas). Le chapitre premier du yogasûtra (le traité) est devenu le chapitre deux sur ce livre là. Pour lire ces quatrains, c'est ici: maharahas




Table des matières 

(les titres sont des liens, cliquez dessus) 

Chapitre un, à propos de la pleine conscience

Chapitre deux, à propos de la pratique

Chapitre trois, à propos de l'ultime accomplissement

Chapitre quatre, à propos de la Libération