lundi 24 avril 2017

Chapitre quatre, à propos de la Libération


Chapitre quatre

à propos de la Libération


4.1

L'accomplissement est fille de la naissance,

De l'Observance, du samadhi,

Et de l'enseignement du guru*

* Osadhi ou Ashadhi signifie, en sanskrit, « porteur de Lumière », ce mot a signifié « plante médicinale » à cause des anciens guérisseurs védiques qui ont nommé « porteur ou porteuse de lumière » les plantes curatives auxquelles ils prêtaient le pouvoir de transformer la lumière en pouvoir de guérison, ce qui a été confirmé à la découverte de la photosynthèse. Le Guru est ce porteur de lumière, puisque c'est avec cette lumière qu'il dissipe les ténèbres de l'ignorance. Mantra signifie ici les paroles du guru, donc son enseignement.

4.2

Toute la Création évolue vers la Libération

4.3

Le karma n'est pas l'auteur des conséquences

Il encourage seulement le penchant naturel des choses

Comme fait le paysan qui perce un monticule

Pour laisser l'eau couler dans ses champs.

L'initiateur du changement, de l'évolution de la Conscience. Il est donné en exemple le paysan riziculteur qui perce un monticule de terre, pour laisser l'eau aller naturellement irriguer toute la rizière. Les conséquence de nos actes ne sont pas à l'initiative des changements mais ils encouragent dans un sens positif ou négatif ces changements par leurs effets.

4.4

Les sentiments sont principalement des créations de l'ego

L'ego est le sentiment, la conscience d'être, il ne s'agit pas du faux-ego. L'ego a été donné à l'âme pour qu'elle devienne une entité individuelle capable de dire ''je'', d'avoir une conscience. Ce que tout le monde met sur le dos de l'ego est à imputer au faux-ego. Le faux-ego est une notion habituelle de la Bhagavad-Gîtà.

4.5

La seule conscience mentale
Est à l'origine de passions et de désirs variés

4.6

Ce qui né de la Méditation profonde ne génère pas de résidus

4.7

Pour un yogi le karma n'est ni blanc ni noir
Pour les autres il est de trois sortes*


* Agressivité, attachement possessif, ignorance.

Cette sentence signifie que le yogi en béatitude est hors d'atteinte du Karma, encore faut-il que sa méditation perdure tout au long de la journée. Un des trois piliers de La Voie, le Service, (ou méditation en action) permet cela. Il est ici question d'un yoga comme l'école Sàmkhya le considère: il ne s'agit pas du yoga comme la grande majorité des occidentaux le voit. Ce n'est pas de faire des postures de souplesse ni de viser à être plus ''zen'' et en meilleure santé. Raisons très pertinentes au demeurant mais La Voie est celle de la liberté.

4.8

D'où ce résultat ; les résidus mentaux
Ont les qualités des actes qui les ont précédés.



4.9

Même si les conditions de vie, le lieu et le temps changent,
Ces résidus restent inchangés car ils sont inscrits dans la mémoire

4.10

A cause de la constance du désir
Et de la volonté de vivre,
Ces résidus n'ont ni commencement ni fin*.

* Anàditva : « sans commencement » ni fin car ce qui n'a pas commencé ne finit pas. Le désir de vivre commence à la naissance et n'a pas de fin tant que l'on vit.

4.11

Ces résidus persistent en raison du karma,
En se tenant hors du karma les résidus s’effacent

4.12

Celui qui est au delà du passé et du futur se tient hors de la dualité

Celui qui est au delà du passé et du futur, c'est-à-dire dans l'instant,
vit la fin de la dualité. Le présent est l'unité.

4.13

Pourtant les propriétés du monde physique,
Grossières ou subtiles, restent sous l'influence des trois gunas.

4.14

Ces transformations coïncident
Avec l'absolue vérité du principe essentiel

Il est ici toujours questions des changements survenus au verset 4.12, à celui qui vit la fin de la dualité grâce à son enracinement dans le présent. Ces changements de conscience sont manifestes ou subtils (4.13) et coïncident avec l'absolue vérité du principe essentiel. Ce Verset dit que le yogi connecté, en conscience, avec le principe essentiel, la Vérité, L'Unité se transforme spirituellement entrant en harmonie avec ce principe essentiel.

4.15

Un mental pris dans la dualité,
Face à une réalité égale, prendra des chemins différents

4.16

La réalité des choses de ce monde ne dépend pas du mental,
Sinon que se passerait-il s'il ne les percevait pas ?

4.17

Cette Vérité suprême est connue ou inconnue
Selon la nature du mental

Si le mental est centré, équanime il connaît la béatitude, s'il est dispersé il ne la connaît pas. C'est ce que signifie ce verset.

4.18

Le Seigneur divin inchangeant
Sait les constantes fluctuations du mental

4.19

Le mental n'est pas sa propre lumière
Mais un objet d'observation

Le mental ne possède pas sa propre lumière puisqu'il est un objet extérieur à l'observateur, à la pure Conscience. La Lumière vient du Divin.

4.20

L'illumination et la pensée
Ne peuvent être en même temps

Le samadhi ne vient que lorsque les pensées disparaissent de la Conscience.

4.21

Penser autrement entraîne la disharmonie,
Les concepts, une perception erronée de la réalité,
Et la confusion du mental

Conscience autre dans le sens d'erronée.

4.22

Une Conscience permanente
Peut réaliser la vraie Connaissance*,
Contrairement au mental et à ses connaissances

* Non apprise, venue de l'illumination.

4.23

La pure conscience observe le mental affecté
Par l’énergie des pensées et des émotions

4.24

L'esprit, bien qu'influencé
Par les innombrables résidus des fluctuations,
A un but élevé: celui de faire coïncider l'apparent et l'essentiel*

* C'est la Réalisation, le but de toute pratique.

Être en phase, faire coïncider la pure Conscience et la conscience mentale, l'Unité et la dualité est un but du yogi.

4.25

Pour celui qui a vu son véritable soi
le désir d'auto-satisfaction est vanité
Et sa détermination est grande de faire cesser les fluctuations

4.26

Alors le discernement sera renforcé
Et tout ce qui est changeant, dans la nature humaine,
Prendra le chemin de la Libération

4.27

Mais tout peut-être remis en question
Par les activités du mental, les idées préconçues et les concepts

4.28

Ces idées préconçues, ces concepts peuvent être écartés,
Comme vu précédemment pour le fardeau des souffrances

4.29

Au plus haut degré, la juste vue, un constant détachement,
Le discernement engendrent la fusion dans la Vérité sans nuage

4.30

Alors il n'y aura plus de souffrances, d'adversité ni de karma

4.31

La Conscience de la béatitude
Transcende les insignifiantes connaissances personnelles
Alors tous les artifices et l'incertitude se dissipent

4.32

Ainsi s'accomplit le propos des évolutions successives
Et la fin des incarnations

4.33

Ceci met fin au cycle des incarnations

4.34

La libération est l'accomplissement ultime de l'âme.
La matière est transcendée, la vraie nature de l'être,
Et la force de la Connaissance absolue sont révélées


FIN